Revenir en hautAller en bas


Boryokudan - Mafia Forum
Yaoi/Yuri/ Hentai
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Matsuda Takuya ; second round.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 101
Situation : Collante. Baveuse. Rose.
Métier : Vendeur & conseiller au Sex Shop

MessageSujet: Matsuda Takuya ; second round.   Ven 23 Sep - 17:59

    • 素性 Information - Identité
      « Votre seconde vie, votre personnage ♪ »
I. Matsuda Takuya.
    Bah. C'est comme ça et puis c'est tout? Nan mais c'est vrai, c'est pas lui qu'a choisi, l'était trop petit. Il aurait préféré un truc qui claque plus sinon. Genre... Pikachu. C'est mignon Pikachu. Non?

II. Age :
    21 ans ; 17 décembre 1990

III. Sexualité :
    Bubblegumophile. Indéterminée. Indéterminable. Minable?

IV. Rang :
    Boryokudan

V. Métier :
    Kumi-In ; vendeur au Sex Shop

V. Crédo :
    «Vis ta vie en couleur, c'est le secret du bonheur!» #Disney spotted 8D#

    • 性格 Pop and Gum ; Life in Technicolor
      « C'est comme dans du chewing-gum »

Takuya c'est... Une balle rebondissante. En plastique. Pleine de couleurs. Et qui colle. Avec cette métaphore filée, vous avez devant vous une représentation quasi-exacte du personnage que je vais me tuer à vous décrire. Takuya c'est donc un personnage haut en couleur. Mais c'est pour ça qu'on l'aime. Et c'est pour ça qu'on l'oublie pas facilement, ça, d'ailleurs, ça l'arrange, parce que les prénoms, il retient jamais, trop dur. Comme un rayon de soleil qui vous frapperait de plein fouet, tout en lui s'incruste sur votre rétine pour ne plus jamais en partir. C'est comme ça. Et il faut dire qu'il le cultive, cet aspect "mémorable". Il n'est pas du genre à... Passer inaperçu.

Longs, courts, lissés, crêpés, permanentés, blonds, blancs, châtains, roses, avec des mèches bleues, violettes, noires, agrémenté de barrettes, pin's, couettes, cornes de diable... Capillairement parlant, c'est l'anarchie totale. Et toutes les semaines -ou presque- différent. Et dire qu'il dépense tout son misérable salaire *je devrais aller pleurer dans les jupes du patron pour avoir une augmentation tiens* chez son coiffeur serait vous mentir #sourire Colgate©# Oui, bon, d'accord, il est -encore- à découvert à cause de ça. Mais c'est comme les fringues, il a jamais pu résister. Et là encore, toutes les excentricités sont permises. Couleurs, motifs, matières, coupes... Rien ne va ensemble. Mais sur Takuya, si. En fait, il en est tellement fier qu'on lui passe volontiers.

Comme son mauvais caractère. Qu'il a pris soin d'engluer de plein de guimauve rose et de sourires enjôleurs pour vous le faire oublier. Oui, il sait qu'avec sa tête d'ange, on le pardonne. Il en use. Et en abuse. Jusqu'à la corde. Comme un mignon petit vampire auquel on ne peut pas dire non. Jaloux, colérique, vaniteux, vexant et vexable, dit comme ça, il n'a rien pour plaire. Et pourtant... Plait-il? Ah non, ce n'est pas un Don Juan! Et même s'il saute, sans connotation aucune s'il vous plait, sur tout ce qui bouge, a deux jambes, un service trois pièces et pourquoi pas un porte-monnaie bien rempli, ce n'est que pour assouvir un besoin irrépressible de câlin, tendresse et marques d'affection. Comme les gosses, il aime se sentir entouré, aimé, apprécié, désiré et apprécie par dessous tout recevoir des cadeaux. Qu'il accueillera les yeux remplis d'étoiles. Oui, comme un môme. Puis y'en a qui en profite. Parce qu'il est petit, 1m62, et mignon. Ah? Je l'ai déjà dit? Bon, eh bien on va changer par naïf. Déjà qu'il s'attache facilement, comme une mignonne petite bestiole -genre strap de téléphone portable? Mouais, un peu comme ça- quand il aime, il ne compte plus. Pas à la dépense, soyons honnêtes, plus radin tu meurs, mais en marque d'affection, d'inquiétude et petites intentions. Jusqu'à en devenir lourdingue. Bah si, faut bien le reconnaître, c'est qu'il colle plus qu'un chewing-gum des fois. Mais il s'attache tellement fort qu'il en oublie de voir et d'accepter la réalité et se laisse ainsi berner facilement. Car bien qu'il soit âgé de presque 21 ans, il est resté un grand enfant qui croit ce que disent les adultes. Et dans ces moments-là, il noie son chagrin dans l'alcool. Qu'il tient très mal d'ailleurs. Un verre, il est tout tristounet. Au deuxième il pleure de grosses larmes qui dégoulinent le long de ses joues. Au troisième, il semble reprendre du poil de la bête. Au quatrième et aux suivants, on ne le tient plus. Si tout d'abord il se met en colère contre lui-même, s'en voulant de s'être une nouvelle fois fait avoir, il s'en prend ensuite à celui qui a fait du mal, se lançant dans un discours grandiloquent devant les autres ivrognes du coin et bien entendu, debout sur le comptoir. Généralement, il ne se rappelle plus de rien à partir de ce moment-là si ce n'est qu'il se réveille chaque fois dans un lit différent mais sans souvenirs, aucuns. Et il ne vaut mieux pas écouter ce qu'on raconte... Qu'il devient alors volage, s'accrochant au moindre cou qui se présente à lui, embrassant à tout va et... Prenant la fuite avec un illustre inconnu. Mais ce ne sont que des racontars, n'est-ce pas? Il est pur et angélique Takuya, c'est bien connu.

Ah, et bien sur il est de mon devoir de rajouter plusieurs couches au tableau. Il faut donc ajouter bavard, pas franchement discret, un peu trop extraverti et bruyant, très bruyant. Un peu trop au dire de certains clients. Et puis tête-en-l'air, peureux, paresseux et flemmard. Ah nan, c'pas la même chose o/ Il est aussi très gourmand. Ce n'est pas rare de le croiser mâchant un chewing-gum ou mâchouillant une sucette aux couleurs aussi acidulées que ses fringues. Ah, et puis tant qu'à faire, s'il vous venait à l'idée de le nourrir, prenez garde, il est pas grand mais il a un sacré appétit. Et un très bon coup de fourchette. Je précise hein, parce que y'en a un qui a essayé de lui piquer son déjeuner et qui a encore la cicatrice... Comment on dit déjà? Ah oui, "un coup, quat" trous!" Ça, ça s'appelle une devise familiale.

    • 過去 Je vous conseille la fourrure rose
      « Nez doux, Nez moelleux, Nez content! »

Le monstre que le petit vendeur est devenu n'a pas toujours été ainsi. Non, avant, bien avant, c'était une mignonne boule rose. Toute grosse, toute grasse. Puis un jour il a grandi, il est devenu super méga beau gosse et tout le monde le kiffe graaaaave. Non? Bon.

Takuya c'est le petit dernier d'une fratrie de cinq enfants. Lui et ses quatre sœurs. Et comme il était petit et mignon ben, oui, vous l'aurez deviné, il aura maintes fois servi de poupée humaine aux quatre harpies. Qu'il aime bien quand même hein. Alors oui, le truc habillé en rose avec des couettes que vous avez un jour croisé dans la rue, c'était lui. Oh mais ça ne l'a pas traumatisé pour autant. La preuve, ça vous pique pas les yeux à chaque fois que vous tombez sur lui? Ah, vous voyez. Petit, mignon, rond, rose, c'était la coqueluche du quartier. Et n'allez surtout pas croire que ses fossettes soient naturelles. Non, non, c'est juste qu'à force de se faire tirer les joues par toutes les grand-mères du quartier, ça laisse des séquelles. Et j'exagère A PEINE. Affabulateur le petit vendeur? Presque pas (a). Il possède juste un talent indéniable pour raconter des histoires. Qui l'arrange et le mette en valeur, cela va sans dire. Et ça lui a attiré pas mal de problèmes à l'école, restant souvent seul, dans son coin, parfois victime d'ijime mais faisant face avec courage. On le traitait de menteur, de fille... Et pour couronner le tout, il se faisait généralement défendre par l'une des horribles filles qui lui servaient de sœurs. Non, mais je vous assure qu'il les aime beaucoup. De loin. Et sans leurs gosses. Parce que les trucs pleins de morve qui hurlent, braillent et courent partout ben... C'est chiant. Et quand y'a une réunion de famille, il s'éclipse généralement bien avant le dessert -et c'est un véritable déchirement pour lui quoi... Pas de gâteau, vous imaginez?- pour se rendre le plus vite possible dans son petit paradis... Son nouveau boulot! L'ambiance y est feutrée, doucereuse, rose et... Rose. Très rose.

Comment il est arrivé là? Bah à cause d'une petite annonce pardi! Il venait d'arrêter la fac après une énième dispute avec un de ses petit ami. Encore un qui refusait de le partager. Qui le voulait pour lui tout seul. Qui ne comprenait pas, après tout ce qu'il lui avait offert. Comme si Takuya s'arrêtait aux choses matérielles... Bon, ok, un peu. Mais il applique à la lettre le "Donner c'est donner, reprendre c'est voler". Alors c'est ainsi qu'il est parti, sans se retourner. Squattant et vivotant à droite et à gauche au début, il fut bien vite obligé de se rendre compte que l'argent venait à manquer et que ses parents allaient lui foutre une bonne raclée s'ils apprenaient ce qui s'était passé... Plutôt crever. Parce que ça ne voulait pas dire deux baffes -une pour papa, une pour maman- mais bien six. Et ça non. Pas question! C'est ainsi qu'il répondit à la première annonce qui lui tomba sous la main et qui ne nécessitait aucun diplôme. Vendeur dans un... Sex Shop. Bah ouais, y'a pas de petit métier...

L'annonce froissée dans son poing serré, il avait dû passer bien dix minutes à se demander s'il devait vraiment entrer ou non. C'était un univers qu'il ne connaissait que... Très peu. Bon, il était déjà rentré dans un ou deux magasins de ce genre mais passer de l'autre côté... Mais ça pouvait être tellement drôle! Épier les gens derrière son comptoir, s'amuser de leurs joues rougissantes ou conseiller les plus téméraires et découvrir pleiiiiin de nouveautés! Ce qui finit de le convaincre. Passant par "l'entrée discrète de derrière", il poussa une porte rose. Ouais, du rose partout. Du rose zébré, du rose panthère, du rose moumoute... Partout. Et du velours noir. Beaucoup de velours noir. Une déco kitsch comme lui! Y'avait pas à chipoter, cette boutique était faite pour lui! Se présentant bruyamment au patron qui somnolait derrière son comptoir, tout de rose vêtu, le comptoir hein, pas le patron, il le fit violemment sursauter. Ce qui suivit est réduit au secret professionnel. Oui, bon, dire ça, ça m'arrange beaucoup mais toujours est-il qu'il fut employé sur le champ! Et ce malgré le bruit qu'il faisait, pas tellement en adéquation avec le lieu mais qui avait eu le bonheur de le réveiller un peu. Ce qui n'était pas pour déplaire au gérant des lieux qui trouva dans son nouvel employé la flamme pour refaire partir son affaire! Sensible aux problèmes de Takuya, il lui proposa même un petit studio à l'étage pour un loyer défiant toute concurrence. Si on appelle pas ça avoir le cul bordé de nouilles... /SORT/

Mais ce que le petit blondinet -oui, il l'était à l'époque- ignorait, c'est qu'il venait de s'engager dans quelque chose de plus "grand"... Bien plus grand. Et qui le dépassait. Les Boryokudan, vous connaissez? Lui non. Élevé dans du coton, il n'avait jamais pris la peine de se renseigner sur ce qu'il pouvait bien se passer dehors. Et la guerre civile qui se déroulait sous ses yeux sans qu'il ne s'en rende compte l'effraya tout d'abord mais l'intrigua ensuite. Pour finir par l'enthousiasmer au plus haut point. Ce qui n'était pas pour plaire au gérant de l'affaire qui s'inquiétait pour lui, le considérant comme son fils. Mais quand il eut pour la première fois la visite du Shatei, Takuya ne put que les rejoindre. On ne dit pas non à un homme comme ça.

Ah bah oui, vous pensiez qu'il rejoignait ces hommes pour leur combat? Ah nan, certainement pas. Se salir les mains, très peu pour lui. Non, seul Matsuo l'intéressait. Il était grand, il était beau, il était jeune, il était riche, il avait grave la classe. Tout ce dont pouvait rêver Takuya. Mais bizarrement, plus qu'un but à atteindre, Matsuo devint un modèle pour lui. Et une source de réconfort incomparable. Son seul désir étant que son grand patron le prenne dans ses bras. Qu'il se serve de lui comme d'une vulgaire peluche. Oh, n'allez pas croire que Takuya n'ait aucun honneur ou respect pour lui-même. C'est juste que... Matsuo c'est... Son papa/grand-frère/modèle/dieu (non, ne rayez aucune mention inutile). Alors oui, pour lui, il venait de rejoindre les rangs des Boryokudan. Juste pour le voir, lui parler, le voir sourire. Et lui conseiller un ou deux accessoires, mais ça, c'est dans ses rêves les plus fous.


    • 自身 Ma tête est mise à prix.
      « Je suis un terroriste recherché actuellement par le FBI »

• Pseudo : Neko èwé
• Age : 18 ans
• Expérience Rp : plop.
• D'où connaissez vous Boryokudan ? C'mon nouveau perso o/
• Chocolat ou Fraise ? CHOCOLAT
• Personnalité Prise : Takeru ; SuG
• Code : <V> :: Wakagashira


_____________________________________

Devil Inside ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarSatake Tsuruki
Fondateur | Wakagashira
Messages : 1355
Âge : 24 ans
Situation : Volage
Métier : Tueur à gage

MessageSujet: Re: Matsuda Takuya ; second round.   Sam 24 Sep - 14:25

    & bien que dire ?!
    Pour la seconde fois, it's Okay !

    Tu sais ce qu'il te reste à faire ici bas =)
    Bon rp !!

_____________________________________

:: Squiby :::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Situation : Collante. Baveuse. Rose.
Métier : Vendeur & conseiller au Sex Shop

MessageSujet: Re: Matsuda Takuya ; second round.   Dim 25 Sep - 23:38

Merci chef hein 8D

_____________________________________

Devil Inside ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Matsuda Takuya ; second round.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Matsuda Takuya ; second round.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boryokudan :: → Les Enfers-